headbg1.jpg

Investissements d'avenir

logo ENS CNRS

La compréhension des systèmes écologiques nécessite le développement d’approches expérimentales radicalement nouvelles qui permettent de décortiquer la dynamique d’un écosystème modèle en assemblant et en analysant son fonctionnement dans des conditions contrôlées. Porté par des laboratoires d’écologie fonctionnelle, évolutive et théorique de la Région Ile-de-France, le dispositif national de l’ECOTRON IleDeFrance, coordonné par l’INEE du CNRS en partenariat avec l’Ecole Normale Supérieure, répond à ces attentes. Initié sous l’impulsion du CNRS et de l'ENS en 2005, ce projet est centré sur la réalisation d’un ensemble de cellules environnementales destinées à la recherche fondamentale et appliquée en écologie. Il s’agit de reconstituer à petite échelle le monde réel dans la diversité de ses conditions environnementales et climatiques.

L’Ecotron IleDeFrance est dédié à analyser la dynamique d’écosystèmes sous des régimes climatiques représentatifs de la diversité et des extrêmes des écosystèmes continentaux terrestres et aquatiques. Il repose sur le principe technologique d’une chambre de culture hautement contrôlée et instrumentée et permettant de confiner des mésocosmes. L’Ecotron IleDeFrance peut accueillir des échantillons naturels d’écosystèmes afin de les cultiver dans des conditions contrôlées, mais aussi des écosystèmes artificiels. Par sa capacité de manipulation rapide et précise des conditions atmosphériques, il permet l’application de stress écologiques tels que des variations brutales de la température, des régimes de variation cyclique du climat (saison ou journée) ou des régimes stables de conditions climatiques.

L’Ecotron IleDeFrance se conçoit comme un outil expérimental exceptionnel dédié aux tests de modèles en écologie, à l’étude des interactions entre processus écologiques et évolutifs, et donc à la caractérisation des systèmes complexes que constituent les ensembles biosphère-géosphère-atmosphère. L'Ecotron IleDeFrance intéresse toutes les sciences du vivant et les sciences de l’univers (climatologie, géochimie).