headbg3.jpg

Investissements d'avenir

logo ENS CNRS

Plateau macrocosmes terrestres

Ce plateau est fonctionnel depuis 1994. Les macrocosmes terrestres permettent de répliquer en conditions semi-naturelles des populations animales et leurs communautés associées pour les besoins de l'experimentation en biologie des populations. Les problèmes de gestion des espaces protégés et des espèces menacées d’extinction passent par l’étude du rôle de la structure sociale dans la persistance des espèces. Le plateau offre les moyens techniques de répliquer en conditions semi-naturelles des petites populations de lézards (reptiles) dont on puisse manipuler la structure démographique, sociale et génétique, et les conditions environnementales. Le plateau technique permet ainsi l’étude des réponses écologiques – structure démographique et génétique de la communauté – et évolutives – variabilité génétique et plasticité phénotypique des traits physiologiques, comportementaux et d’histoire de vie – à la dynamique des populations dans des petites communautés terrestres complètes et partiellement autonomes. Ce travail expérimental est couplé avec un travail de modélisation. La construction des macrocosmes terrestres a été financée par le Ministère de la Recherche, l'ANR, le CNRS et la Région Ile-de-France.  

 Un programme d’implantation d'enclos terrestres a été lancé dès 1994 à la station de Foljuif sous l’impulsion de Jean Clobert et de Jane Lecomte, alors chercheurs au sein du laboratoire Fonctionnement et évolution des systèmes écologiques (UMR 7625). Utilisant le lézard vivipare comme organisme-modèle, l’expérimentation et la modélisation basées sur ces dispositifs ont permis de remarquables avancées dans les domaines de l’écologie comportementale et de la biologie des populations. Le dispositif actuellement disponible est coordonné par Jean-François Le Galliard, chercheur au CNRS dans le laboratoire iEES Paris du CNRS et de l'Université Pierre et Marie Curie, et comprend 37 enclos de 100 m2 pour le maintien de populations ainsi que 20 petites cages pour l'élevage individuel en conditions naturelles.